Actualités » Brèves »

FSCEF : Bilan et enseignements du premier semestre 2010

BREVES
11 novembre 2010 à 20H50

FSCEF : Bilan et enseignements du premier semestre 2010

Jeudi 4 novembre, la FSCEF (fédération représentative des foires, salons, congrès, événements, des gestionnaires de parcs d’expositions et des prestataires de services) avait convié la presse pour partager le bilan 2010 et les tendances du secteur. Cette fédération compte plus de 300 adhérents et représente 90 % de l’activité.

Le média de la reprise

Le président Thierry Hesse, également à la tête du Mondial de l’Auto, nous a délivré les chiffres du premier semestre. Si la période a connu une très légère érosion tant en nombre d’exposants (-0,4%) qu’en terme de visites (-2,2%) liée à « l’effet retard » de la crise, alors que les Foires et Salons avaient pourtant mieux encaissé la récession que les autres médias en 2009.

Ceci confirme que les salons restent un des leviers les plus efficaces pour les entreprises qui ont la volonté de contre-attaquer de manière rapide, avec des investissements contenus et des résultats mesurables. Celles qui ont fait le choix d’exposer sur une des 209 manifestations de ce dernier semestre ont pu bénéficier d’un climat d’affaires réellement porteur.

Cette notion de « bon climat d’affaires », malheureusement trop souvent utilisée dans les plaquettes des salons pour masquer une réalité ingrate, est cette fois bien réelle et confortée par des données indiscutables. Ainsi, au dernier Mondial de l’Automobile, un des grands exposants constructeur a confirmé que le nombre de commandes enregistrées sur son stand pendant la manifestation avait tout simplement triplé par rapport à sa dernière participation !

Pour le secteur de l’exposition, la confirmation de la reprise est en cours. Les manifestations du second semestre qui viennent de se tenir offrent des résultats plutôt optimistes pour le bilan 2010 et on peut espérer que cet effet de levier pour la sortie de crise se confirmera en 2011.

Mesurer, c’est comparer

D’après France Pub, les dépenses des annonceurs 2009 avaient diminué de 8,6% (en moyenne de -12% dans les « grands médias » et de -7,2% pour le « hors média »). Le secteur de l’exposition avait plutôt bien résisté avec une diminution moins forte (-6,5%) des dépenses consacrées aux foires et salons.

Les prévisions pour 2010, publiées par Irep-France Pub au 30 septembre 2010 prévoient que les dépenses de communication évolueraient globalement positivement entre 1,6% et 3,1%.

Les Foires Expositions

Ensuite, François-Bernard Martin, Directeur Général de Bordeaux Expo-Congrès est intervenu à propos des Foires Expositions. Les résultats font apparaître des résultats légèrement négatifs pour le premier semestre 2010 par rapport à 2009 puisque les surfaces des stands diminuent de 1,4%, le nombre d’exposants de 1,6% et le nombre de visites de 2,3%.

Alors que la participation aux foires était restée stable sur les deux dernières éditions, les effets de la crise ont été plus pour les exposants les plus fragiles, malgré les mesures d’accompagnement des organisateurs.

Concernant le nombre de visites, la baisse enregistrée concerne plutôt les foires de taille moyenne, entre 250 et 500 exposants (-9,9%) et dans une moindre mesure les foires plus petite (-4,4%), les grandes foires observant une stabilité de leur visitorat. Cette diminution s’explique aussi par la réduction du nombre de jours d’ouverture au public de certaines foires, notamment dans celles de taille intermédiaire. Ramené au jour d’ouverture, le nombre visites des foires reste stable.
Les organisateurs de ces manifestations généralistes estiment que le fameux « climat d’affaires » a été étonnamment bon malgré le contexte de crise. La foire-exposition, en tant qu’outil privilégié de vente a bien accompagné les PME et TPE dans la crise. Le grand-public reste fidèle à ces événements qui combinent expositions thématiques dans l’air du temps (par exemple, l’Or des Incas qui continue son tour de France) et la diversité des offres présentées.

Les salons

Etienne Cochet, Directeur Général de Maison & Objet, s’est ensuite exprimé pour souligner que dans les salons grand public on observe un heureux retournement de tendance puisque les espaces occupés par les exposants ont progressé de 3,5% et que le nombre d’exposants a augmenté de 1,1%. Côté visiteurs, en revanche, leur nombre a diminué de 2,4% au premier semestre alors que sur les deux dernières sessions, la tendance était stable. Ce phénomène est peut-être lié à un essoufflement de la consommation des ménages au premier semestre 2010.

En ce qui concerne les salons professionnels, la bonne surprise vient de la présence accrue des acheteurs étrangers. Les premiers chiffres sont très encourageants : le nombre de visites étrangères (sur la base d’un échantillon de 69 salons présentant des données certifiées) augmente de 4,5% et celui des visiteurs uniques progresse de +5,4 % sur la période. La France en général, et Paris en particulier conservent une attractivité intacte.

Les investissements

Dans la compétition internationale, rien n’est acquis. Ainsi, des investissements lourds sont indispensables pour préserver cette belle attractivité des manifestations Françaises.

Olivier Roux, vice-président de GL Events a rappelé que les besoins d’investissements identifiés par FSCEF en septembre 2009 étaient de l’ordre de 1,37 milliards d’euros pour 31 projets d’investissements ou de rénovation (soit 28 villes concernées) sans compter ceux dans 18 autres villes (Source : enquête auprès des adhérents FSCEF– août/septembre 2009).

Conférence de presse de la FSCEF du 4 novembre 2010

dimanche 3 mai 2015
Abonnement newsletter
En ce moment


Tous droits réservés - Gazette Des Salons® | Mentions légales | Contact | Partenaires | Plan du site