Où en est la candidature de la France à l’exposition universelle de 2025 ?

Où en est la candidature de la France à l’exposition universelle de 2025 ?

La France devient championne de l’organisation d’événements sportifs internationaux et le fait savoir. Le Mondial de handball masculin en 2017, l’Euro féminin de handball en 2018, la Ryder Cup de golf en 2018, la Coupe du Monde de football féminin en 2019, la Coupe du Monde de Rugby en 2023, les Jeux Olympiques en 2024… Tout cela donne le tournis. De nouvelles structures polyvalentes d’ampleur sont créées et renforcent l’existant, ainsi le stade Pierre-Mauroy à Lille ou la U Arena de Nanterre, et d’autres…

Dans ce contexte, la candidature de la France à l’Exposition universelle de 2025 ne trouve pas sa place dans les média. Et pourtant, on s’active ! En novembre 2018 sera nommée la ville organisatrice. Outre Paris, 3 autres villes sont entrées dans la compétition : Osaka, Iekaterinbourg et Bakou. La candidature française porte des enjeux ambitieux, au-delà de la capitale. Parlons donc plutôt d’une candidature du Grand Paris.

Expo 2025 Grand Paris France

Expofrance, dans sa communication, intitule d’ailleurs maintenant l’événement « Expo 2025 Grand Paris France ». L’extension sur la métropole et l’appui affiché de l’état sont destinés à sécuriser le jury d’attribution. De plus, la thématique retenue, « La connaissance à partager, la planète à protéger » confirme l’objectif fédérateur de la candidature. 10 ans après la COP 21 à Paris, le thème du climat et la communauté des perspectives constitueraient l’occasion de faire un point sérieux sur ces questions aujourd’hui bien fragilisées.

Voilà pour l’ambition. Mais à un an de l’attribution par le BIE (170 membres répartis dans le monde entier), où en est-on concrètement ?

Un projet porté par la jeunesse

La bonne parole doit être portée dans le monde entier. Outre la diplomatie française, le comité de candidature Expofrance 2025 (toujours porté par l’initiateur du projet, Jean-Christophe Fromantin) et les entreprises partenaires, 100 jeunes de 20 à 25 ans, de 70 pays, prennent le relais de la promotion de la candidature. Ces jeunes ambassadeurs incarneront les valeurs portées par la France et remettront aux autorités de leurs pays une lettre de demande de soutien à la candidature française. C’est bien la jeunesse qui est l’enjeu et qui porte maintenant le projet.

« La France représente pour nous un pays moteur d’innovation, un pays de savoir et de partage, un pays aux valeurs humanistes qui ont façonné le monde. Aujourd’hui, la candidature française à l’Exposition universelle incarne une formidable opportunité pour la jeunesse internationale de relever les enjeux de notre génération. Nous sommes fiers d’en être les ambassadeurs et notre premier défi sera d’obtenir les soutiens de nos pays respectifs pour que la France puisse écrire une nouvelle page dans l’histoire des Expositions universelles ». C’est à l’occasion d’une semaine de rencontres du 12 au 17 novembre à Paris), qu’Alba Constantini, jeune ambassadrice italienne a pu s’exprimer de la sorte, relayant l’unanimité des 100 jeunes ambassadeurs présents.

Rappelons qu’en octobre dernier, Emmanuel Macron, lors d’une intervention sur le site de Paris-Saclay, un des sites postulant à l’accueil de l’Exposition universelle, avait rappelé la pertinence du projet et son engagement dans la candidature, en pointant « le modèle économique original de partenariat public-privé ».

Expofrance 2025 en chiffres

Quelques chiffres annoncés par Jean-Christophe Fromantin :

  • Budget : 3,5 milliards d’€ financés très majoritairement par les entreprises
  • Impact économique : 20 milliards d’€
  • 150.000 emplois durables
  • ½ point de croissance supplémentaire généré

La candidature de Paris (ou Grand-Paris) est donc bien toujours d’actualité, l’organisation de cette candidature parfaitement pensée et les actions promotionnelles montent en puissance. Nul doute qu’au moment choisi, la puissance médiatique prendra le volume nécessaire.

Eric Watiez