Jean Marie Hubert / SPAT : Il faut de l’humain derrière la technologie !

Jean Marie Hubert / SPAT : Il faut de l’humain derrière la technologie !

Parmi les professionnels qui gravitent autour du monde des salons, le Groupe SPAT occupe une position singulière en offrant une large palette de services aux organisateurs. Les prestations proposées vont de la coordination globale à la gestion des exposants, en passant par l’organisation déléguée ou la régie technique et logistique. Son dirigeant, Jean-Marie HUBERT revendique une quarantaine d’années d’expérience dans le secteur. En développant une activité qu’il a su faire évoluer avec la révolution numérique pour accompagner les organisateurs de salons, il a toujours pris soin de ne jamais tourner le dos aux fondamentaux de l’évènementiel, comme la relation humaine.

Gazette des Salons : Bonjour Jean-Marie Hubert, pouvez-vous nous en dire plus sur la philosophie de votre entreprise ?

Jean-Marie Hubert : Nous avons fait de la souplesse de l’offre, notre principe depuis 40 ans. Nous intervenons sur tout ou partie d’un événement en fonction des souhaits de l’organisateur. A la carte ou en globalité, nous proposons à chaque organisateur une solution adaptée à sa problématique et à ses ressources. En complément de notre offre traditionnelle, nous avons développé la création d’outils technologiques innovants pour fluidifier leur relation avec les exposants, via des plateformes web et applis. L’objectif est de les aider à développer la qualité de service et de favoriser la création de nouvelles sources de revenus.

Gazette des Salons : Qu’est-ce qui vous a amené à développer de nouveaux outils digitaux ?

Jean-Marie Hubert : Sur de trop nombreux salons, on voit encore de longues files d’attente devant le service exposants, pendant la période de montage, et même après. En étant nous-mêmes organisateur, nous considérons que la principale richesse d’un salon, ce sont ses clients, ses exposants, et qu’il faut tout mettre en œuvre pour ne pas les mécontenter dès le départ à cause de problèmes logistiques pourtant simples à régler…

La principale richesse d’un salon, ce sont ses exposants !

Nous avons lancé il y’a déjà 8 ans notre plateforme de gestion exposants « Top Tec », qui en est aujourd’hui à sa version 3.0. Elle permet une décharge totale des aspects techniques et logistiques d’un salon et la gestion technique « clé en main » des exposants. Via Top Tec, on assure la centralisation à partir d’un interlocuteur unique, de toutes les commandes générées par les exposants. Avec ce mode de coordination, nous offrons ainsi à une cinquantaine d’organisateurs, petits ou grands, un véritable accompagnement, source de simplification donc d’économies. Je précise que Top Tec est à considérer comme une offre de services globalisée, dont le résultat dépend de la continuité de service de nos équipes spécialisées en amont, et leur prolongement sur site avec le personnel présent.

Gazette des Salons : D’accord pour l’avant salon, mais comment cette relation simplifiée entre organisateur, prestataires et exposants peut-elle se poursuivre, une fois sur site ?

Jean-Marie Hubert : J’y viens justement. En 2017, dans le prolongement de notre plateforme, nous avons lancé l’application « Tec App ». Cette application inédite, permet à chaque exposant de contacter le service technique très simplement à partir de son smartphone. Il lui suffit de taper « HELP » pour que le régisseur le plus proche soit géolocalisé et intervienne en temps réel. Ceci est particulièrement utile dans les périodes « chaudes » de montage pour éviter les embouteillages et énervements contre-productifs devant le bureau de l’organisateur… Toujours depuis l’appli, la commande de chaque exposant est vérifiable à tout instant. Grâce au principe de « double check », elle devient indiscutable, une sécurité qui évacue déjà environ 80% de la problématique.

Les organisateurs de salons peuvent se recentrer sur leur métier de créateur d’événements.

Si lors de sa commande initiale, l’exposant a oublié un produit ou une prestation, il peut facilement commander en ligne à partir de Tec App, ou bien avoir recours à un régisseur en tapant HELP. Plus classiquement, l’appli permet aussi de consulter le dossier technique et les infos pratiques de montage et démontage. Une fois les petits problèmes logistiques évacués, il est plus facile aux organisateurs d’entretenir une relation sur un mode positif avec leurs exposants, et de se recentrer sereinement sur leur vrai métier de créateur d’événements.

Gazette des Salons : Plateforme online, application web… vous n’avez pas le sentiment d’avoir changé de métier ?

Jean-Marie Hubert : Justement, pas du tout ! Pour nous, l’outil technologique n’est pas une fin en soi, mais constitue un moyen formidable pour améliorer le service aux exposants. Nous sommes convaincus qu’il faut de l’humain derrière la technologie. C’est tout le sens de notre démarche, que d’assurer la relation entre les organisateurs, les prestataires et les exposants, en combinant de la manière la plus pragmatique la puissance du digital avec l’intervention humaine et l’expérience de professionnels. Par exemple sur le dernier Nautic, nous avons déployé en amont de l’événement, une vingtaine d’intervenants (5 permanents et 15 régisseurs) en complément de nos solutions digitales, plateforme et application. Ceci pour la plus grande satisfaction du responsable du salon, qui a gratifié notre prestation d’un « zéro défaut » qui récompense tous nos efforts. Il faut dire que sur ce type de prestation, nous sommes généralement les premiers arrivés et les derniers partis… Nous savons aussi nous adapter en proposant du sur-mesure en fonction des ressources propres de chaque organisateur.

Le cœur de notre métier reste la coordination et l’organisation déléguée d’événements, même si cela passe de plus en plus par des connections digitales. Bien que nous ayons fait le choix de développer nos propres solutions, en aucun cas nous ne sommes devenus de simples éditeurs de logiciels, et notre application n’est pas à vendre !