Philippe BINDJOULI / Bds start : Nous sommes des « développeurs d’identité »

Philippe BINDJOULI / Bds start : Nous sommes des « développeurs d’identité »

La quête de bien être est une notion qui prend de plus en plus d’importance parmi les priorités des français. Naturellement, cet engouement se retrouve dans le monde des salons, et de nombreux évènements se créent chaque année dans tout l’hexagone. Plus de 200 salons revendiquant la thématique « santé – bien-être » sont d’ailleurs référencés dans l’agenda de la Gazette des Salons.

A l’origine de toutes ces manifestations, on trouve tous les types de structures organisatrices pour une grande disparité de contenu. Beaucoup d’associations qui lancent un ou deux salons de manière très locale, mais aussi des structures plus « professionnelles » ayant vocation à se développer. Parmi cette deuxième catégorie, nous avons échangé avec Philippe BINDJOULI, responsable de BDS Start, organisateur des SALONS AU CŒUR DU BIEN-ÊTRE intitulés NATURE, BIEN-ÊTRE et SANTÉ.

Bonjour Philippe BINDJOULI, pouvez-vous présenter votre activité salon ?

Philippe BINDJOULI : Nous sommes deux entreprises et 3 personnes associés dans le développement du concept LES SALONS AU CŒUR DU BIEN-ÊTRE. Anne-Sophie DOS SANTOS, directrice-général de BDS START, 15 ans d’expérience en développement de concept évènementiel, en charge de la création graphique et la communication. Alfred VATON, gérant de la société ESPACE DE SOINS NATURELS, qui nous fait bénéficier de ses 35 ans d’expérience en temps que praticien bien-être. Il est réputé dans le milieu bien-être et nature. Il est reconnu pour sa grande sagesse et il est l’un des pionniers à avoir organisé les premiers salons BIO, il y plus de 20 ans.

Cette année, nous organisons 4 salons autour de la thématique Nature, Bien-être et santé, tous en région Centre. Pour le moment, en fonction de l’espace que nous sélectionnons, nous avons vocation à proposer des salons pouvant aller jusqu’à 80 ou 100 exposants maximum, de 2000 visiteurs à 5000 visiteurs attendus, dont la « taille humaine » est en accord avec les valeurs de bien-être et de santé.

Chez BDS START, nous nous définissons comme étant des « développeurs d’identité ».

Comment se concrétisent ces valeurs dans vos salons ?

PB : Tout d’abord nous privilégions l’harmonie de circulation dès l’accueil. Ce serait paradoxal de se sentir oppressé alors qu’on vient chercher du bien-être… Nous faisons en sorte d’offrir la meilleure qualité de service possible à nos visiteurs, et nous sommes également très attentifs à nos exposants, qui viennent de la France entière. Nous veillons à bien les mettre en valeur, à les accueillir dans les meilleures dispositions pour qu’ils puissent transmettre à leur tour cet état d’esprit positif aux visiteurs. Nous sommes heureux de constater que la moitié de nos exposants nous accompagnent sur nos 4 salons. C’est une marque de confiance qui nous conforte dans notre démarche.

Au-delà des produits et des services proposés sur les différents stands, nous organisons une quinzaine de conférences sur chaque salon. Dans un souci de qualité et de crédibilité sur le long terme, nous sélectionnons uniquement les thématiques les plus intéressantes proposées par nos exposants ou des intervenants externes tels que des chercheurs scientifiques, des docteurs ou des praticiens reconnus pour leurs ouvrages. Par exemple, le chirurgien dentiste, docteur Ardouin qui nous suit depuis le début de notre aventure en réalisant de très belles conférences. Il forme des dentistes dans le monde entier à une méthode thérapeutique et d’intervention en rapport avec le langage de la bouche qui pourrait bien révolutionner le potentiel dentaire qui est encore peu connu. Il sera l’auteur d’un livre sur le sujet qui devrait sortir dans l’année.

De plus, nous projetons également des documentaires. Les bons sujets font une belle et riche programmation. J’ai été directeur de cinémas et de développement pendant plus 15 ans pour un grand groupe et je sais par expérience qu’il y a beaucoup d’autres paramètre à prendre en considération. Enfin, et ce n’est pas un détail, les entrées au salon, sont gratuites. C’est la condition pour attirer le public le plus large alors que les salons sont en concurrence avec la grande distribution et autres sollicitations de consommation et de divertissement.

Qu’est ce qui distingue vos salons des nombreux autres salons « bien-être » ?

PB : Sans prétendre être les seuls dans cette démarche, nous revendiquons un soin particulier dans l’organisation de nos salons, en continuant sans cesse à les améliorer, en aidant le public le plus large à découvrir l’univers du bien-être. La première étape passe par la communication, et c’est pour cela que nous publions du contenu informatif et de qualité sur notre site internet. Nous communiquons en multicanal et sommes proactifs sur les réseaux sociaux.

Ensuite, il est important que le public perçoive nos salons comme des évènements de qualité, et nous nous employons à les sortir de la marginalité dans laquelle sont enfermés beaucoup de salon « bien-être » en faisant le filtre parmi les exposants, en écartant les « charlatans » qui portent préjudice à toute la filière.

Les lieux dans lesquels nous organisons les salons ont une importance primordiale. Nous sommes convaincus qu’il faut savoir aller à la rencontre d’un public ciblé. La journée du bien-être que nous organisons le 10 juin à Blois en est l’un des exemples typiques.

Nous ouvrons nos portes à des exposants de différents domaine d’activité qui ne se doutaient pas du potentiel qu’ils ont à répondre aux attentes du public. Certains sont surpris de la proportion de retours pendant sur nos salons, égale ou supérieure à d’autres salons de 15.000 visiteurs. Cerise sur le gâteau, ils obtiennent des rendez-vous clients après le salon. Je vous donne une anecdote : Lors du dernier salon, un exposant d’habitat écologique, EKOBIA, pressé par des visiteurs présents, a dû s’absenter de son stand pendant 2 heures pour faire des études de devis dans leurs maisons à proximité du salon. Heureusement, ils étaient 3 commerciaux sur le stand.

Quels sont vos objectifs pour l’avenir ?

PB : Nous souhaitons développer le nombre de nos salons, en ouvrant une à deux manifestations supplémentaires chaque année, et dans la France entière. L’objectif est d’arriver à une vingtaine de salons en rythme de croisière. Ce développement passe par un recrutement actif de nouveaux exposants en recherche de salons vraiment adaptés à leur offre. Le message que nous avons à leur faire passer est : Sortez des petits réseaux « entre vous », le public vous attend à condition de savoir aller à sa rencontre. Plus vous nous ferez confiance en venant chez nous, plus nous pourrons développer de nouveaux salons pour vous et développer votre identité de marque !

Les salons BDS Start :