Denis Bodereau garde le Cap

Denis Bodereau garde le Cap

Denis Bodereau Directeur du centre de congrès CAP 15Directeur général de Cap 15 depuis 5 ans, Denis Bodereau garde le cap « congrès et séminaires » qui marque le site et montre sa volonté de diversification, les salons par exemple.

Il nous explique son parcours, ses appuis et ses axes de développement.

Eric Watiez – Gazette des Salons. Bonjour Denis Bodereau, vous êtes le directeur général de Cap 15 depuis 5 ans. Dans quelles circonstances avez-vous intégré le monde des salons et de l’événementiel ?

Denis Bodereau. J’ai un parcours un peu atypique, je viens de grands groupes et je dirige Cap 15 depuis 2010 seulement. J’ai une première vie dans l’informatique, une deuxième vie dans les télécoms et étant dans une démarche entrepreneuriale, par le jeu de rencontres, je saisis l’opportunité de développer cette business unit, Cap15, filiale de SOFIAM, une entité dédiée à l’événementiel.

Dans mes expériences précédentes, j’étais client de sites et organisateur des événements au sein de ces grosses sociétés, comme des séminaires de ventes, et l’activité ne m’était donc pas inconnue. J’avais eu l’occasion d’organiser nombre d’événements dans la plupart des grands sites parisiens.

Vue panoramique sur la tour Eiffel depuis le centre de congrès Cap 15

EW. Quelles difficultés avez-vous éprouvées à votre arrivée ?

DB. A mon arrivée, je vois rapidement les avantages de Cap 15, principalement d’un point de vue technique, comme la modularité des salles, un monte-charge de 13,5 tonnes, un espace VIP exceptionnel….et des équipes expertes dans leur domaine (chef de projet, restauration, technique). Les points faibles que je connais des sites concurrents me servent pour valoriser Cap 15.

En revanche, en ce début 2010, la crise économique s’est installée et freine la progression, jusque-là continue, des événements au sein du site depuis 10 ans. Je constate une forte chute des demandes des entreprises et un manque total de visibilité sur les mois suivants.
Nous avons très peu de nouveaux marchés et clients et les perspectives apparaissent difficiles.

EW. En quoi CAP 15 est-il différent des autres sites parisiens ?

DB. 90% de mes clients sont de grandes entreprises, des grands comptes pour des opérations BtoB. Le client type est une entreprise de 400 à 700 personnes pour un séminaire à la journée.

Par ailleurs, nous sommes beaucoup plus qu’un un simple loueur de salle. J’accompagne le client dans toutes les composantes de son projet.

La salle en premier lieu, une grosse valeur ajoutée avec son positionnement au cœur de Paris, tous nos espaces sont modulables.

La partie traiteur ensuite qui est intégrée à l’espace avec du personnel dédié, nous pouvons satisfaire tous types de demandes avec assurance de qualité. Il nous arrive parfois d’exporter ce savoir-faire puisque nous avons un quai privé le long de la Seine en face du centre.

La troisième composante est la partie technique, nous sommes très à l’aise dans la complexité des demandes. Le centre est entièrement équipé fibre optique à 100 méga depuis 2 ans. Le centre garantit la fluidité des échanges et des débits simultanément et en grand nombre, ce qui est loin d’être le cas d’autres sites.

Je peux également organiser la partie festive de haut niveau, avec DJ, spécialiste close-up animation, etc.

Salle de conférences et congrès de CAP 15 à Paris

EW. Combien d’événements accueillez-vous en moyenne chaque année ? Le site a-t-il un taux de remplissage excellent ?

DB. Cap15 peut aussi bien être privatisé entièrement ou accueillir 3 ou 4 événements simultanément dans une journée.

Il y a de 500 à 600 événements organisés chaque année à Cap15, cela va de très grosses manifestations privatisant le centre toute une semaine, à de petites réunions de 20 personnes. Ces événements se déroulent en semaine la plupart du temps.

Il se passe peu de chose les week-ends et durant les vacances scolaires, ce qui nous conduit à désirer nous diversifier. Le festif par exemple, l’organisation de soirées, anniversaires ou mariages, des soirées étudiantes choisies, des remises de diplômes, etc.

Pour cela, nous disposons aussi d’une terrasse, la Pyramide, surplombant la Seine, très étonnante, pouvant accueillir 60 personnes.

EW. Qu’en est-il de vos développements de salons ?

DB. Le troisième axe de développement concerne les salons qui est pour nous un autre métier. Nous pouvons accueillir des organisateurs de salons, comme le salon de la minéralogie qui est chez nous depuis 3 ans, avec des exposants du monde entier. Nous allons bientôt avoir le salon du saké. Un salon du vin biologique s’est aussi installé chez nous. Notre taille et notre lieu est adapté à des salons niches. A Paris, 2/3 des salons sont inférieurs à 1.500m². Les salons à thème ont leur place à Cap15, un salon du mariage ou de l’immobilier pourquoi pas.

Pour la première fois cet été, les Espaces CAP15 seront ouverts tout l’été avec un espace Bar et Snacking pour accueillir les Tours Opérateurs et les touristes très nombreux à cette époque de l’année.

Restaurant du centre de congrès CAP 15 à Paris

EW. A quoi avez-vous à faire face ? Quels sont les avantages et inconvénients de Cap15 ?

DB. Depuis quelques mois nous avons à faire face à des demandes de clients à très court terme y compris pour des évènements importants.
Le look de Cap15 est résolument « congrès », j’ai des projets pour le modifier. Cependant je peux habiller entièrement le site, il est personnalisable dès l’entrée.

Les avantages du site demeurent la modularité intégrale de l’espace pour des réunions de 20 à 1.000 personnes, avec une offre de service globale (technique, restauration, animation) et le service porté au client. Les commerciaux sont chefs de projets.

L’inconvénient majeur est la taille réduite du lieu qui voit partir ailleurs des manifestations créées à Cap15 mais devenues trop importantes. Par ailleurs, nous n’assurons pas la partie hôtellerie et perdons de l’impact face à nos concurrents hôteliers, qui peuvent accueillir quelques événements dans leurs salons, à quelques étages des chambres des congressistes.

A l’inverse, nous mettons clairement en avant le caractère exclusif du lieu qui évite aux congressistes de croiser des touristes venus récupérer leur clé de chambre !

EW. Quelle équipe pour faire tourner Cap15 ?

DB. Nous sommes 25 permanents et prenons des vacataires selon les besoins, 5 personnes à la restauration, 6 commerciaux, les gestionnaires clients, le directeur technique, le régisseur, le directeur d’exploitation, le personnel d’entretien, la maintenance, l’accueil…

EW. Qu’avez-vous apporté à Cap15 ? Quelles sont les perspectives ?

DB. Malgré la crise que je vous ai évoquée et qui a bien perturbé le marché de l’événementiel, nous avons réussi à stabiliser le chiffre d’affaires avec régularité depuis 3 ans ainsi que le nombre d’événements.
Nous faisons face à une concurrence événementielle et de salons importante, tenue souvent par de grands groupes, à fort pouvoir de communication.

Nous allons continuer à innover dans les mois à venir sur tous nos axes d’expertise (restauration, technique, services) et dans des directions nouvelles (international, événements VIP dans la Pyramide…). CAP15 aime recevoir et nous allons le prouver au quotidien.

EW. Merci Denis Bodereau, et bonne chance pour la réussite de vos développements !

Propos recueillis par Eric Watiez