Marjolaine 2018 valorise « les belles pratiques de la bio »

Marjolaine 2018 valorise « les belles pratiques de la bio »

Le salon Marjolaine, précurseur il y a une quarantaine d’années, et dans le portefeuille de SPAS ORGANISATION depuis 2010, ouvrira ses portes au Parc Floral de Paris du 3 au 11 novembre prochain. Marjolaine s’est vu adjoindre quantité de salons parisiens aux thématiques proches (Vivre Autrement, Bio & Vegan, Vinibio, Vivez Nature, Naturally, Noël en Bio). Depuis 3 ans, SPAS ORGANISATION a acquis le salon Saveurs des Plaisirs Gourmands (Espace Champerret, ex Claro puis Comexposium) et développé sa stratégie en régions, aujourd’hui à Lyon, Rennes, Marseille, Vannes, Angers, Lille, La Rochelle et Poitiers. 30 manifestations par an aujourd’hui. A l’appui de son expertise, l’organisateur a enfin développé une marketplace dédiée aux produits bio, naturels et éco-responsables (sevellia.com), qui regroupe 20.000 références de 350 marchands et revendique 70.000 visites par jour. Un article sur le développement du groupe a été publié dans le Guide des Salons de juin 2018.

Le bio est devenu une tendance de fond

SPAS ORGANISATION surfe ainsi intelligemment sur la vague, bien durable aujourd’hui, du bien-vivre et de l’attention portée à l’environnement. Avec succès. Prenons le cas du bio. Le marché bio français (8,3 milliards d’euros en 2017) est le 2ème marché bio de l’Union Européenne. Il a été multiplié par plus de 8 en près de 20 ans. Concernant l’alimentaire, les grandes surfaces ne s’y sont pas trompées en créant des rayons dédiés en leur sein et les moyennes surfaces spécialisées dans le bio (Bio c’bon, Botanic, La Vie Claire, Naturalia…) tissent leurs toiles de façon conséquente en milieu urbain. L’emploi dans l’agriculture biologique augmente de près de 10% en moyenne par an. Le bio n’est plus une simple mode pour bobos parisiens, c’est une tendance de fond, particulièrement médiatisée, qui accompagne le consommateur dans sa prise de conscience du respect impératif qu’il doit avoir de l’Homme et de son environnement. Au pays du bien vivre qu’est la France, le bio est aussi une question de saveur, une des particularités de notre marché.

La thématique de Marjolaine 2018, le plus grand salon de la bio-attitude, sera logiquement « les belles pratiques de la bio ». Le dossier de presse du salon décrit le visiteur 2018 comme suit : « il aspire à un retour à la terre, veut manger sain mais fun, imagine son intérieur bio-esthète et il a la main verte. Il poursuit son objectif zéro gâchis, ne jette plus mais répare, se passionne pour les innovations alternatives et technologiques et est attentif à son bien-être ». Voici décrite de façon imagée et vivante la nomenclature et la diversité des présentations de ses 560 exposants (alimentation et vins, cosmétiques, bien-être et santé, déco et cadeaux, mode bio et éthique, habitat sain et mobilier, écoproduits, jardinage, défense de l’environnement et économie solidaire).

Depuis sa création où le salon était fréquenté par les nostalgiques de l’ère beatnik, la manifestation a bien fait évoluer son offre (sélection des exposants), son dynamisme (évolution des équipes organisatrices) et l’animation et les services rendus aux visiteurs. Sur ce dernier point, outre la mise en place de la marketplace, Marjolaine accueille d’emblée les visiteurs par la Galerie des Nouveaux produits, sélection sous vitrine de nouveaux produits, de nouvelles techniques ou de nouveaux services avec les informations pratiques pour retrouver le stand des exposants.

Neomarjo, un label pour les jeunes pousses

Les nouveaux produits, mais aussi les nouveaux exposants sont mis en avant sous le label Neomarjo. Réservé aux entreprises bios créées il y a moins de 5 ans, qui ont moins de 5 salariés ou qui participent pour la première fois au salon, c’est un espace dédié et une belle opportunité pour les visiteurs qui retrouvent facilement et en un même lieu les jeunes pousses de la bio et leurs nouvelles offres.

6 ateliers Do It Yourself, un chaque jour, permettent aux visiteurs d’apprendre les belles pratiques de professionnels : lundi on créé son savon, mardi on brasse sa bière, mercredi on bouture, jeudi on greffe, vendredi on fait germer des graines et samedi on fait son pain ! Et encore, 58 ateliers Slow Life gratuits d’une heure (yoga, qi-qong, taï-chi, digito-pression, aromathérapie, etc.) vont enseigner le public à la maîtrise de son stress, à la relaxation et la méditation.

Devançant les besoins des visiteurs, Marjolaine créé des parcours identifiés pour faciliter la visite. Trois parcours sont déterminés cette année : le parcours des produits sans (sans sucre, sans gluten, sans sel, sans additifs, etc.), le parcours végétarisme et le Marjolaine pour les enfants (chasse aux trésors, ateliers et ferme vivante à l’extérieur).

130 ateliers découverte

Et ce n’est pas fini, 130 ateliers-découvertes répartis sur le salon vont permettre aux visiteurs d’aller plus loin dans la connaissance et la pratique des produits et services présentés par les exposants sur des sujets aussi divers que la cuisine, l’équipement de la maison, le bien-être, mais aussi la naturothérapie, le développement personnel, les soins animaliers, la détox, etc. Enfin, 30 tables rondes et ciné-conférences font le point sur les questions les plus sensibles et les plus actuelles de l’environnement, de l’alimentation et de la santé (retour à la terre, pouvoir citoyen, urgence du ralentir, pollution électromagnétique…).

On le constate donc, le salon Marjolaine se met en quatre pour ses visiteurs. Ne reçoit pas 75.000 visiteurs qui veut dans le domaine du bien-être.

Tous les détails et entrées à tarif réduit sur le salon Marjolaine.

A noter le salon Zen ce weekend jusqu’au 1er octobre, 360 exposants experts de l’épanouissement personnel, à l’Espace Champerret.

Rédaction : Eric Watiez