Star Com. Patrice Marty impose un autre modèle pour ses salons

Star Com. Patrice Marty impose un autre modèle pour ses salons

Les français seraient ils en quête d’une vie plus saine, d’un mieux-être corporel et mental ? En tous cas, ils sont de plus en plus nombreux à se presser à l’entrée des salons du bien-être. Sous des formes et des tailles différentes, cette catégorie de salons a le vent en poupe depuis quelques années un peu partout dans l’hexagone.

Parmi les plus de 200 événements du secteur « Santé – Bien-être » recensés dans l’agenda de la Gazette des Salons, nous avons fait la connaissance de Patrice Marty, patron de l’agence Star Com et organisateur de 4 « Salons du Bien Être, Bio & Thérapies » à Mandelieu, Lyon, Bordeaux et Toulouse.

La passion du bien-être en premier

Venu du secteur de l’hôtellerie et organisateur d’événements dédiés à cette filière via son agence de communication, Patrice Marty se définit avant tout comme un passionné de bien-être, adepte d’une alimentation saine et bio, de soins à base de plantes dans une démarche spirituelle et initiatique : « Par curiosité tout d’abord, en visitant beaucoup de salons du bien-être, j’ai été amené à discuter avec des visiteurs et exposants. Ces nombreux échanges m’ont permis de mieux appréhender les attentes de chacun, et de construire mon premier projet de salon à Mandelieu en 2014 ».

Du côté des visiteurs, c’est le manque de renouvellement des thèmes de conférences et des animations, souvent assurées uniquement par des exposants qui est généralement pointé du doigt. Du côté des exposants, ce sont les tarifs de location des stands et des frais annexes qui sont en premier dénoncés.

Egalité de traitement pour les exposants

Fort de ces constats simples, Patrice Marty a alors développé un concept de salons original, dont le modèle économique va parfois à l’encontre des pratiques généralement admises par les professionnels du secteur. Ainsi, pour ses 4 salons, Starcom propose des stands à des prix très attractifs pour les exposants, à partir de 500 euros HT pour une surface de 4 m2 équipée, et surtout aucun supplément ou frais de dossier n’est facturé. « Pour être crédible, je tiens aussi fortement au principe d’égalité de traitement entre les différents clients, à surface égale tous doivent payer le même prix » complète Patrice Marty. « En moyenne nous accueillons 200 exposants. Notre politique de tarifs accessibles donne à des petites ou jeunes sociétés l’opportunité d’exposer ». Des convictions appréciées des exposants puisque chacun des salons fait l’objet d’une liste d’attente.

Zéro invitation

Si les tarifs sont attractifs pour les exposants, le choix d’entrées payantes pour les visiteurs est assumé par Patrice Marty : « Chez nous, il y’a zéro invitation. Avec des entrées payantes, même à des tarifs très modestes (entre 2 et 3 euros), nous tenons à attirer une clientèle plus qualitative et motivée en évitant les badauds simplement venus tuer le temps. C’est un autre modèle économique, et ce n’est pas le nombre de visiteurs qui fait la qualité d’un salon. Faire payer permet aussi de financer des conférences avec des personnalités du secteur, ainsi que l’organisation de concerts tous les soirs. Quoi qu’il en soit les visiteurs en ont largement pour leur argent, ne serait-ce que par l’organisation de tombolas ». Entre 8500 et 10.000 visiteurs répondent à chaque rendez-vous.

salon bien etre mandelieuPour assurer la visibilité de ses manifestations, Patrice Marty communique tous azimuts en croisant les différents canaux disponibles : affiches 4×3 et boutiques, presse locale, radio, réseaux sociaux, e-mailings… Les programmes des conférences sont diffusés à 25.000 ex pour chaque salon.

Cette réussite est menée sereinement par Patrice Marty qui avoue ne pas avoir pour l’instant d’objectifs de développement. « Créer de nouveaux salons obligerait à faire grossir la structure et s’éloignerait du modèle initial avec de faibles coûts. Je fais des salons par conviction, ce n’est pas le business qui m’anime » nous confie t’il en forme de conclusion.

 

 

Vous aimez cet article ? Partagez et commentez !